Le cahier de vacances pour adultes… heu… mais c’est obligé ?

 
Unknown2Impossible de ne pas en croiser au moins un sur la route des vacances. 
Pire… vu la véritable déferlante sur les gondoles des supermarchés et les kiosques
 à journaux,  le «cahier de vacances pour adultes » va vous poursuivre pendant vos congés.

Incroyable, non ? L’adulte s’ennuierait pendant les vacances et il lui faudrait quelques devoirs pour meubler le temps ? Ce grand être qui a passé son année à se plaindre des listes et des obligations qui règlementent le quotidien, s’en rajoute une louche pendant les vacances ?? « Désolé j’peux pas, j’ai cahier de vacances de 10h à 11h… ».

Que nenni, me répond-on… Vous n’avez rien compris, ce ne sont pas des devoirs, c’est ludique…

Et là question divertissements,  il y en a pour tous les goûts et à toutes les sauces… On a le traditionnel « Passeport adultes », le « Cahier de vacances pour adultes de 17 à 117 ans » (et oui, on ratisse large) mais aussi des ouvrages plus spécialisés : le cahier de vacances « geek », « cinéma », « enquête criminelle », « énigmes et casse-tête », « spécial anglais »,…  Même Le Petit Nicolas a rempilé pour l’aventure ! juste à côté du « Cahier de vacances catho » et de celui de Clara Morgane pour « pimenter vos vacances en révisant vos connaissances érotiques ».  Un vrai bazar, quoi !

Unknown7

unknown5

unknown8

unknow4

 

 

 

 

 

 

 
Alors comment dire ? Chez On adore ça ! on n’est pourtant pas les derniers à aimer retomber en enfance : régresser, les doigts dans le pot de caramel et un tatouage au feutre sur le bras, on assume sans problème mais là… on peine à adorer ce qui déjà tout petit nous barbait (non parce qu’en dehors de l’impatience de l’acheter et de s’escrimer sur les 3 premières leçons, vous le faisiez, vous, votre cahier de vacances ?).

Et quatre cahiers de vacances dûment testés plus tard, on n’adore toujours pas trop ça ! Des plus scolaires aux plus épicés, les plaisirs proposés nous ont laissés… de marbre.  Alors cet été, c’est décidé ! On laisse aux enfants la joie de s’acheter un cahier de vacances, de le feuilleter avec gourmandise à peine payé et de le laisser mourir dans un coin du jardin. Et quand le premier orage d’été l’aura détrempé, on remerciera les cieux (en cachette, toujours en cachette) de nous éviter une nouvelle séance d’accords du participe passé !

Malmener les cahiers de vacances, c’est un plaisir de famille partagé !