Mois : septembre 2015

Le relooking qu’on veut, c’est celui-là !

Aujourd’hui On adore ça ! vous emmène en Australie à la rencontre d’une maman engagée comme on les aime.

©Tree Change Dolls

Sonia Singh vient de frapper un grand coup dans le monde uniformisé des industriels du jouet ! Lassée de voir les poupées « hyperlookées », « hypersexualisées », « hypersuperficielles » qui sont mises chaque jour sur le marché, Sonia Singh a d’abord voulu offrir une autre vision du monde et de la réalité à sa petite fille. Elle a donc décidé de donner une seconde vie à certaines de ces poupées désincarnées et fabriquées à la chaîne…

Comment réenchanter de vieilles poupées d’occasion standardisées ?

© Tree Change Dolls

A renfort de dissolvant et avec beaucoup d’humanité… Sonia Singh commence par effacer le maquillage outrancier. Puis elle repeins chaque visage de poupée à la main et le miracle se produit :  un visage humain prend vie avec ses imperfections et tout ce qui fait sa particularité. Les coupes de cheveux sophistiquées, les mèches improbables, elles aussi sont abandonnées au profit d’un naturel capillaire qui fait plaisir à voir. Mais la transformation ne saurait être complète sans un grand coup de frais dans la garde robe de ces nouvelles demoiselles : Sonia et sa maman leur cousent et leur tricotent donc de nouveaux vêtements et accessoires aux couleurs de la différence et de la variété.

Le succès ne s’est pas fait attendre : les poupées de Sonia, les Tree Change Dolls, ont conquis les parents et les enfants ravis d’accueillir à la maison une poupée simple et naturelle, une poupée qui leur ressemble. Et si désormais les commandes affluent de toute part, Sonia Singh reste fidèle à son projet : pas plus de 20 poupées sont créées par mois dans son entreprise familiale et vendues sur sa boutique en ligne Etsy. Une authenticité qui n’a d’égale que sa générosité puisque une partie des ventes est reversée à des organismes humanitaires et que Sonia met aussi à votre disposition des tutoriels et des patrons pour créer votre propre poupée et l’habiller.

© Tree Change Dolls© Tree Change Dolls© Tree Change Dolls

Votre travail, Sonia Singh, on adore ça !

© Tree Change Dolls

© Tree Change Dolls

© Tree Change Dolls

Publié dans Réjouissant !

Rose pour les garçons et bleu pour les filles !

Le marketing genré avec ses préjugés et ses idées toutes faites, On n’adore pas trop ça ! 

© JeongMee Yoon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les filles ne se reconnaîtraient que dans les nuances de rose alors que les garçons s’épanouiraient dans le bleu ! Passons sur l’ineptie historique de ces préjugés puisque pendant des siècles ce sont les tenues blanches, souvent des robes, et les cheveux longs qui ont prévalu pour filles et garçons et qu’en 1914 encore, un journal Américain, « The Sunday Sentinel » conseillait aux mères d’ « utiliser du rose pour les garçons et du bleu pour les filles si vous souhaitez respecter les conventions ». Et oui, le rose était alors perçu comme une version claire du rouge et avait hérité de sa symbolique de pouvoir et de force alors que le bleu, couleur plus tendre, était considéré plus féminin. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que cette tendance s’est inversée…

Alors évidemment quand on a découvert le travail de la photographe Sud-Coréenne JeongMee Yoon, on a aimé. Et on voulait vous le montrer 🙂

Son Pink and Blue Projects est né de l’observation de sa petite fille de 5 ans subjuguée par le rose. JeongMee Yoon décide alors de vérifier ailleurs, en Corée du Sud mais aussi aux Etats-Unis, en Chine si l’épidémie de rose se confirme. Et bien oui, voilà un sujet qui ne connait pas les frontières… JeongMee Yoon en fait un de ses sujets d’étude et photographie des enfants d’ici et d’ailleurs dans leurs chambres. Posés là, au milieu d’une surenchère de jouets monochromes, les enfants finissent par devenir un jouet comme un autre. Consumérisme, manipulation commerciale, globalisation : les dénonciations de JeongMee Yoon sont multiples.

© JeongMee Yoon

© JeongMee Yoon

© JeongMee Yoon

 

 

 

 

 

Regardez d’un peu plus près les photos : la discrimination par sexe ne s’arrête pas aux couleurs… Les jouets dans leur ensemble sont conçus et distribués par genre féminin/masculin. Aux filles, les jouets pour cuisiner, se maquiller, s’habiller, inventer des histoires de poneys aux couleurs rose, rouge ou lilas… Aux garçons, la dominante bleue customise des robots, des dinosaures et autres jouets scientifiques ou motorisés… Si l’on sait que les couleurs préférées des enfants vont ensuite rapidement changer, qu’en sera-t-il de la symbolique associée à ses couleurs, de cette vision étriquée et univoque de la féminité et de la masculinité ? 

Marchands de jouets, tenez-le vous pour dit : ce Noël, vos couleurs on les aura… à l’oeil !

Publié dans Réjouissant !

Les trois gagnants du concours « On veut de la barbe à papa » sont…

Lauriane Tomczakowa, Sandra Leü et Sev Rine. Bravo à elles et à leurs petiots qui vont se faire tout beaux avec Chantimousse !

© On adore ça !© On adore ça !© On adore ça !

Souvenez-vous…

Grâce à la générosité de Nougatine de Paris, les soins naturels et gourmands pour enfants, On adore ça ! mettait en jeu trois mousses nettoyantes pour le visage Chantimousse parfumées à la barbe à papa 🙂

mousse-nettoyante-chantimousse-nougatine

C’était une belle occasion pour les enfants gagnants de pratiquer avec entrain les gestes de soin quotidiens et pour les parents de découvrir une marque de cosmétiques naturels pour enfants que nous avions testée et décrite pour vous ici. Ah ce parfum d’enfance et de fête qui fait chavirer le coeur des petits et des grands… 

mousse-nettoyante-chantimousse-nougatinePour jouer, c’était facile. Il vous suffisait :

1) d’aimer notre page Facebook et celle de notre partenaire,

2) de partager, depuis notre page Facebook, le concours en mode public sur votre mur Facebook,

3) de nous dire, en commentaire sous le post du concours, votre parfum d’enfance préféré. Vous pouviez laisser parler vos souvenirs et nous faire rêver avec l’odeur des gaufres pendant les fêtes foraines, le parfum des confitures qui cuisaient lentement le dimanche, celle des madeleines que vous trempiez dans le thé… ou celle de la fleur d’oranger dans le lait avant d’aller au lit…

Les candidats inscrits à notre newsletter gagnaient 3 chances supplémentaires au tirage au sort : il suffisait de nous envoyer en message privé l’adresse d’inscription à notre newsletter ! 

Retrouvez le règlement détaillé de notre jeu concours ci-dessous. Nous tenons également à votre disposition la vidéo du tirage au sort, n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez la consulter.

puce-color-3Le jeu-concours « On veut de la barbe à papa Nougatine de Paris » organisé par On adore ça ! pour remporter une mousse nettoyante pour le visage « Chantimousse » est un jeu gratuit et sans obligation d’achat.
puce-color-1Le seul fait de participer à ce jeu implique l’acceptation du présent règlement.

puce-color-2Ce jeu est réservé aux personnes majeures résidant en France métropolitaine disposant d’une adresse électronique valide.

puce-color-3Trois mousses nettoyantes pour le visage « Chantimousse » sont à gagner.
puce-color-1Les candidats à ce jeu-concours auront du mardi 15 septembre au dimanche 27 septembre 2015, 10h00 (dates d’ouverture et de clôture du concours) pour participer.
puce-color-2Ce jeu est réservé aux personnes :
– qui aiment la page Facebook de On adore ça ! et celle de notre partenaire, Nougatine de Paris,
– qui partagent le concours en mode public sur leur mur Facebook,
– qui répondent à la question « quel est votre parfum d’enfance préféré ? », en commentaire sous le post du concours publié sur notre page Facebook. 
puce-color-3Les candidats inscrits également à la newsletter de On adore ça ! auront 3 chances supplémentaires au tirage au sort. Pour que ces chances supplémentaires soient comptabilisées, le candidat devra au préalable préciser, en message privé, son adresse email d’inscription à la newsletter On adore ça !
puce-color-1Un tirage au sort sera organisé à l’issue du concours pour désigner le gagnant.
puce-color-2Les lots seront envoyés par la poste sous quinzaine suivant la fin du jeu. Les gagnants devront au préalable répondre au courriel de On adore ça ! pour confirmer leur acceptation du lot et communiquer leur adresse. En cas d’absence de réponse de la part du gagnant, le lot sera remis en jeu au bout de 7 jours et offert au candidat ayant partagé le plus de publications de la page Facebook On adore ça ! depuis sa création.
 Cette opération n’est ni organisée, ni parrainée par Facebook, Google, Apple ou Microsoft.puce-color-3
Publié dans Uncategorized

Trois pommes d’amour à croquer

On veut des pommes d’amour, on veut des pommes d’amour ! 

Voilà le cri de guerre de nos petiots après un après-midi au Musée des Arts Forains. Et comme on lit partout que c’est une recette facile, très facile, trop facile, on se dit : « pourquoi pas ? ça va leur faire tellement plaisir… » Et on se retrouve à faire du caramel un dimanche…

© On adore ça !

Et vous savez quoi ? Le caramel, c’est pas si facile… Ce n’est pas juste de l’eau et du sucre mélangés, non, non, non…C’est un savant dosage de température et de temps de cuisson. Heureux les possesseurs d’un thermomètre de cuisson : ils vont pouvoir atteindre facilement les bénis 145°C de la réussite ! Pour les autres mortels que nous sommes, il ne nous reste plus qu’à nous en remettre aux dieux du hasard et à nous dire qu’à défaut d’être parfaitement croquant, notre caramel sera parfaitement collant et quand ça colle aux dents, ça fait rire les enfants !

Mais la ruse ne s’arrête pas là : comme il nous faut aussi séduire les adultes, on ne va pas faire de simples pommes d’amour, on va faire une ribambelle de sortes de pommes d’amour. Pommes d’amour d’autrefois, coeurs de pommes d’amour, tomates cerises en pommes d’amour… Et ça, ça mérite des ohhhhh et des ahhhhhh !

© On adore ça !Marmitons en culottes courtes, vous allez aussi pouvoir nous aider. Le caramel c’est évidemment « ne pas toucher » vu le danger mais on a tout de même quelques idées pour vous faire participer. Tout d’abord, c’est ensemble que nous allons rassembler nos ingrédients : nos 4 belles pommes Pink Lady, nos 8 tomates cerises taille moyenne, notre citron, nos bâtonnets, nos 500 grammes de sucre, nos 6 cuillères à soupe d’eau minérale, notre soucoupe de sésame doré, notre colorant alimentaire, nos emporte-pièces en forme de coeur et l’indispensable tapis de silicone.

Maintenant à vous, marmitons, de laver les pommes et les tomates cerises fraîchement sorties du frigo ! Et on les sèche consciencieusement et on les équeute délicatement. Les petiots peuvent aussi embrocher doucement les tomates cerises et deux de nos pommes sur les bâtonnets en bois que l’on pourra découper à la taille qui nous plaît. Les plus grands peuvent même éplucher à l’économe nos deux pommes restantes avant que l’on s’amuse à y détailler des coeurs avec nos emporte-pièces. On n’oubliera pas de citronner nos coeurs de pomme pour qu’ils ne ternissent pas.

 Et voilà notre famille de brochettes toute taille et toute forme fin prête!

Adulte, c’est le moment d’assumer vos responsabilités et d’affronter la confection du caramel. On met sur feu moyen notre sucre, notre eau et 1 cuillère à soupe de jus de citron si on aime les pointes d’acidité. On respecte la règle d’or : il est interdit de remuer tant que le mélange sucré n’a pas coloré, interdit ! Une fois la coloration atteinte, on peut remuer pour faciliter une caramélisation homogène et quand le mélange est roux ( ni trop pale ni trop foncé), on retire du feu. On peut confirmer son intuition en s’aidant d’un bol avec de l’eau et des glaçons : on y verse quelques gouttes de notre beau caramel ambré et s’il fait de belles billes qui croquent sous la dent, on est béni aujourd’hui et on sort définitivement du feu notre victoire. On y ajoute le colorant alimentaire (enfin ça c’est si on veut car tout naturel, ça va on ne peut mieux) et on laisse refroidir (mais attention on n’attend pas trop longtemps car sinon le caramel va durcir et rester à vie dans le fond de la casserole) pour éviter par la suite la formation de bulles sur nos pommes caramélisées.

tomate-cerise-damour-on-adore-caDernière étape minutieuse : on trempe chacune de nos gourmandises dans notre caramel. Inutile d’en mettre des tonnes, bien au contraire et on tourne chaque brochette à l’horizontale pour éviter qu’un disgracieux excédent de caramel vienne ensuite se former à la base du fruit. Pour les brochettes-tomates, on pousse la perfection jusqu’à les tremper caramélisées dans du sésame : les grains vont s’y coller et ce sera du plus bel effet.

Surtout, oh oui surtout, on pose nos gourmandises sur le tapis de silicone pour pouvoir dans une demi-heure les décoller facilement et ne pas s’acharner ensuite à les décoller avec tout un tas d’objets tranchants. Surtout, ah oui surtout, on ne s’escrime pas à gratter la casserole de caramel : on se contente d’y rajouter de l’eau, de la porter à ébullition et à regarder le miracle s’opérer : le caramel se détache tout seul sans frotter…

Et maintenant dégustez sans trop tarder !

Publié dans se régaler

Le Musée des Arts Forains, vous allez l’adorer ce week-end

Ce musée, c’est tout simplement le joyau caché de la capitale !

C’est ce qui s’appelle « ne pas mâcher ses mots » ou plutôt « être sûr de son coup »… Car s’il existe à Paris un musée idéal pour toute la famille, c’est bien ce musée aux lumières de l’enfance et de la fête.

© John Kroll

D’abord c’est un musée à nul autre pareil puisque les oeuvres qui y sont exposées ne sont pas à contempler de loin, tous gentiment les uns derrière les autres, en file indienne : le Musée des Arts Forains est un lieu où l’on nous laisse jouer, monter sur des manèges d’antan, disputer des parties de derby… bref vivre la fête. Evidemment il ne s’agit pas d’abîmer des manèges précieux et pour certains centenaires, c’est pour cela que la visite est obligatoirement guidée.

Mais quel guide ! Là aussi pas d’ennui mais de la vie ! Le guide est drôle et ses visites sont rythmées et interactives. Il nous accueille tout d’abord au Théâtre de Verdure et c’est déjà un sacré plaisir pour les yeux que ce jardin bucolique en plein coeur de Paris. Puis, pendant une heure et demie, il nous fait voyager dans une fête foraine au temps de la Belle Epoque quand chevaux de bois, vélocipèdes, jeux de massacre et autres chamboule-tout étaient les rois de la fête ! L’orgue de barbarie nous épate, le théâtre de guignol nous redonne des frissons et on se prend au jeu avec les derby. C’est organique : dès qu’on joue, on veut gagner…

© John KrollAprès la fête foraine et la Belle époque, nous prenons un ticket pour le carnaval de Venise en entrant dans Les Salons Vénitiens. Autre espace, autre magie, celle des automates qui rejouent sous nos yeux quelques-uns des personnages le plus célèbres de la commedia dell’arte et du répertoire italien. Vient ensuite le temps d’entrer dans le Théâtre du Merveilleux. Ce cabinet de curiosités rend hommage au cinéma et aux spectacles de projections. On pourra aussi y faire quelques pas de danse accompagnés par de drôles d’instruments automates. 

Qui eut crû que les anciennes halles aux vins de Paris pouvaient receler de tels trésors…

Et ce week-end, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, le Musée des Arts Forains vous réserve des surprises supplémentaires ! C’est un des seuls moments de l’année où l’on peut accéder au musée sans réservation. Les tarifs sont aussi revus à la baisse avec un billet d’entrée à 8€ pour les adultes et 5€ pour les enfants. Vous aurez la possibilité de monter sur un des manèges accessibles et profiterez de spectacles impromptus organisés tout au long de la journée avec des conteurs, des musiciens, une danseuse aérienne, des projections numériques…

© John Kroll

Belles promenades enchantées à tous !

puce-color-3Pour organiser votre visite : vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site du Musée des Arts Forains et ses actualités sur sa page Facebook. Sachez qu’à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, les 19 et 20 septembre, le musée ouvre de 10h à 18h et qu’après la visite vous pourrez poursuivre la rêverie au milieu des anciens chais de la capitale. La Cour Saint Emilion est un lieu animé et le Parc de Bercy sur lequel elle débouche vous promet une rafraîchissante promenade. 
puce-color-1Pour briller dans un diner en société : « Vous ne connaissez pas le derby, Edouard ? Mais enfin… ce sont les jeux de courses, un point c’est tout ! Evidemment ceux dont je vous parle ne sont pas de simples petits jeux de dada mais de vrais jouets anciens tout en bois et de plusieurs mètres ! A chaque joueur un cheval attitré qu’il lui faut faire avancer au plus vite. Le premier à franchir la ligne d’arrivée a gagné ! »
puce-color-2Pour garder la magie une fois rentrés à la maison : il est des jeux de fête foraine que l’on peut aisément rejouer en famille, à la maison. Nous présentions déjà il y a quelques-temps le jeu de chamboule-tout et nos coups de coeur made in France, à retrouver chez votre magasin de jouets préféré ou notre partenaire Amazon en cliquant sur les images ci-dessous : On aime aussi ce jeu de lancer qui nous vient d’Allemagne et les incontournables jeux de petits chevaux : Mais notre pépite reste le théâtre de marionnettes en bois de Nathalie Lété chez Vilac, ah celui-là…
Publié dans Sortir