Admirer les fleurs sauvages en famille

Suis-je la seule à m’être réveillée un matin, la quarantaine passée, avec une furieuse envie de faire tout ce que je n’avais pas encore fait et qui me tenait à coeur ? Surement que « la crise du milieu de vie » en a frappé d’autres… Quoi qu’il en soit, me voilà donc ma quarantaine chevillée au coeur et des envies qui me turlupinent, qui me turlupinent… et au premier rang desquelles l’envie d’apprendre le nom des fleurs ! Incompréhensible ! Moi avant j’étais plutôt de ceux qui aimaient admirer les fleurs sauvages -enfin… quand j’en prenais le temps…- mais de là à prendre le temps d’apprendre leur nom… Et pourtant maintenant, je le veux, je le veux !

Je nous vois déjà partager le nom des fleurs sauvages en famille 🙂

Mes petiots me ressemblant, pour l’instant ils ne sont pas très calés en fleurs… et c’est encore mieux ! On va apprendre à reconnaître les fleurs sauvages ensemble, on va se faire des souvenirs de bonheur au milieu des fleurs <3  Alors quand j’entends à la radio que l’astrophysicien qui donne envie de tout apprendre, Hubert Reeves, vient de sortir un livre qui s’intitule  J’ai vu une fleur sauvage : je cours en librairie ! 

Apprendre le nom des fleurs sauvages aux enfants

Premier dimanche de printemps, mon Hubert Reeves sous le bras, les petiots et moi nous partons à la découverte des fleurs sauvages de notre jardin. On explore, on photographie, on cherche dans nos têtes quelques noms : 

« Mais maman, ça je sais ! C’est une marguerite !
– Ben non, mon trésor, les marguerites c’est grand et ces fleurs blanches elles sont toutes petites quand même… P…P… (je souffle un peu) 
– Pétunia ! 
– Pas vraiment (on va avoir du boulot !) Pa.. Pa… Pâque…
– Pâquerette ! 
– Bravo ! On tient notre premier nom de fleur sauvage ! Allez, on lit dans le livre tout ce que l’on peut savoir sur une pâquerette. »
… et on se dit qu’elle porte vraiment bien son surnom de « belle éternelle » car elle survit toutes les semaines à nos passages de tondeuse. On se met aussi au défi d’en mettre dans notre prochaine salade car la pâquerette est comestible et puis on joue à en effeuiller quelques-unes parce qu’on s’aime tous beaucoup, à la folie…

Bilan de notre premier dimanche de botaniste : on a reconnu 5 fleurs sauvages et on sait maintenant sûr de sûr 5 noms de fleurs ! 

Certaines ont été aussi faciles à reconnaître que la pâquerette et c’est bien en début d’apprentissage : ça motive !

le pissenlit et ses feuilles en dent-de-lion que l’on a dégusté le soir même en salade (un peu amer pour les petiots mais un délice pour les mamans et les lardons ! La prochaine fois on s’essaye à l’omelette aux boutons floraux de pissenlit : il paraît que c’est très bon !) et que l’on s’amusera à souffler la fin de la floraison venue,

la primevère et ses jolies fleurs jaunes, blanches, roses, grenat, mauve qui égayent notre gazon au tout début du printemps. 

Apprendre le nom des fleurs sauvages aux enfantsApprendre le nom des fleurs sauvages aux enfants
D’autres fleurs ne se sont pas données d’emblée : c’est normal, elles sont sauvages !
Mais comme on est fier quand on les a enfin reconnues ! Notre plus belle victoire de ce premier dimanche de botaniste, c’est  :

 la Véronique de Perse ! Qu’elle a été dure à trouver cette Véronique orientale ! Au vu des photos on ne l’imaginait pas si petite et pourtant cette fleurette bleue est aussi petite que mignonne avec ses deux antennes-yeux : une fois que les enfants l’ont repérée, ils adorent la contempler les yeux dans les yeux 🙂 

et la Chélidoine ! Si elle pousse très bien dans notre jardin cette grande fleur sauvage au feuillage touffu et aux petites fleurs jaunes, on ne savait pas son nom… C’est chose faite et on sait surtout son surnom : l’herbe aux verrues ! Le suc de sa tige pourrait nous rendre bien des services, à tester…

Apprendre le nom des fleurs sauvages aux enfantsApprendre le nom des fleurs sauvages aux enfants

Notre herbier familial de fleurs sauvages

Ce sera une de nos activités favorites des week-end de printemps : constituer notre propre herbier à nous ! On a déjà 5 fleurs à consigner et un premier modèle à vous montrer. Cette activité de printemps fera peut-être des émules chez d’autres familles amoureuses des fleurs sauvages 🙂 

Apprendre le nom des fleurs sauvages aux enfants

Sandra T.Dubreuil
On adore ça ! 

 Pour vous procurer le trésor J’ai vu une fleur sauvage de Hubert Reeves : rendez-vous chez votre libraire préféré ou notre partenaire Amazon en cliquant sur l’image ci-dessus (on ne résiste pas : on vous met aussi le lien vers un autre de ses trésors pour les petiots) 

 

Un autre herbier à découvrir et à compléter : L’Herbier du Petit Chaperon rouge à retrouver sur notre boutique en ligne
Un herbier pour enfants : celui du Petit Chaperon Rouge !

 

 

 

 

 

 

Pour savoir enfin pourquoi, un jour, on a envie d’apprendre le nom des fleurs : Hubert Reeves cite cet haïku japonais et il nous a ouvert les yeux : 
J’ai vu une fleur sauvage.
Quand j’ai su son nom, 
Je l’ai trouvée plus belle.