Le langage des ados expliqué aux parents !

Les ados sont épatants ! 

Prenez Violette Duplessier par exemple ! Déjà c’est une ado qui publie un livre et publier un livre à 16 ans, c’est pas si courant… Et en plus, c’est une ado altruiste !!! Si, si… Violette Duplessier se soucie des parents !

Couverture du livre "J'ai le seum", © Editions IpanemaElle a donc publié un guide pour aider les parents à décrypter le langage de leurs ados ! 

Si c’est pas gentil, ça… Et c’est vrai que, franchement, quand ils ouvrent la bouche nos ados, on n’y comprend goutte… Parce qu’il ne suffit plus de les mettre à l’envers les mots pour retrouver leur sens originel… Ah non, il faut slalomer d’une langue à l’autre du monde globalisé, il faut maîtriser l’art de l’abréviation, il faut se méfier des faux-amis… Bref, il faut avoir lu J‘ai le seum – le guide indispensable pour les parents qui souhaitent communiquer avec leurs ados (et vice-versa)

Parce que ce petit guide permet de se remettre à niveau question langage des jeunes et donc de se dépoussiérer un peu la langue…

Au risque de paraître un peu dinosaure, vous saviez, vous, ce que ça veut dire « avoir le swag ? « ou « le seum » ? De toute façon, il n’y a pas que moi qui ne connaît pas… mon ordinateur, non plus, il n’en veut pas du « seum » et du « swag »… D’ailleurs, « s’enjailler », « dalleux » ou « gava » aussi font pâlir le correcteur orthographique… À croire que mon ordi et moi, on est des vrais « boloss »…

Faut dire que le langage des ados, il est drôlement piégeux… Il est truffé de faux-amis, un peu comme si les ados ne voulaient pas qu’on les comprenne… Prenez « faire un tête-à-tête » par exemple : c’est tout sauf une invitation romantique… c’est une invitation à la bagarre ! Vous voyez un peu la méprise… Dans le même genre, « mettre une disquette » n’est pas une nostalgie du bon vieux temps… c’est un synonyme d’arnaquer !

Et quand c’est pas les faux-amis, ce sont les abréviations qui laissent les parents sur le carreau. « Askip » pour « à ce qu’il paraît » et « balec » pour « on s’en bat les couilles », ça ne se donne pas d’emblée quand même…

La seule bonne nouvelle dans tout ça ? L’ado aime les langues étrangères ! Il emprunte des mots à l’indie, au javanais, à l’arabe, à l’espagnol et à l’anglais bien sûr. Entre « c’est du fat », « je suis en bad » et passer son temps à « chiller » ou à « geeker », on peut même se dire que l’ado va améliorer sa moyenne en anglais 😉

Ce petit guide à l’usage des parents est super pratique et bien pensé !

Des tests pour évaluer son niveau, des définitions, des illustrations, des exercices, des pages à la fin pour prendre des notes. Tout y est ! De la vraie pédagogie quoi ! Mention spéciale aux pages sur le langage SMS des ados. Une vraie bible à lire et à relire jusqu’à ce qu’on ait tout assimilé et qu’on soit capable de déchiffrer ces hiéroglyphes qui mêlent abréviations, chiffres, lettres, émoticônes, phonétique, j’en passe et des meilleurs… J’ai aussi « kiffé » grave les exercices à trous de la fin…

Cerise sur le gâteau :  « J’ai le seum », c’est un livre qui fait rire les parents ! Parce qu’il est drôle, ce livre 🙂 

La composition chimique du keum, "J'ai le seum", © Editions Ipanema

Les auteurs ne manquent pas une occasion d’égratigner nos chers ados. Et ça c’est de bonne guerre… « La composition chimique du keum » et de « la meuf », c’est du « fat » ! Les pages sur « le look du spécimen de type mâle » sont aussi d’anthologie… Savoureux, je vous dis…

Sandra T. Dubreuil
On adore ça !

 

puce-color-3Pour vous procurer ce petit guide et ne plus jamais avoir le seum quand vous ne comprenez pas votre ado  :  Rendez-vous chez votre libraire préféré ou notre partenaire Amazon en cliquant sur l’image ci-dessous :