Que faire avec des cerises ? Toutes nos recettes anti-gaspi !

Tout est bon dans la cerise… et dans le cerisier !

Juin, c’est le mois des cerises ! Elles envahissent nos étals et, pour les plus chanceux, nos jardins. Car le cerisier est vraiment un arbre adorable : il nous avait déjà régalés les yeux de ses fleurs blanches en avril et maintenant il continue à nous gâter en nous offrant de belles cerises pour titiller nos papilles.

Alors hors de question de gâcher ces belles offrandes ! On va vous surprendre avec des recettes anti-gaspi pour tout savourer de cet arbre fruitier : des desserts à base de cerise, des astuces pour ne rien perdre de sa récolte et manger des cerises tout l’hiver, des bonnes idées pour consommer aussi ses feuilles, ses fleurs et même ses noyaux. On ne va rien gaspiller !

la majesté d'un cerisier en fleur, © On adore ça !

Clafoutis, confiture, compote : la cerise c’est la reine des desserts

un plein panier de cerises, © On adore ça ! La cerise est le plus sucré des fruits rouges.

Alors on l’aime, oh oui c’est fou ce qu’on l’aime ! Fraîchement cueillie à même le cerisier, elle nous régale quand on rentre du boulot ou de l’école. Elle aussi la reine de tous les pique-niques d’été !

Quand on sait en plus que la cerise est pleine de vitamines (C et A), de minéraux, de composés anti-oxydants et de fibres (idéales pour faciliter le transit intestinal) on se dit qu’on aurait vraiment tort de s’en priver ! Il faut juste veiller à la tenue des petiots lors de la cueillette (pas de blanc, non vraiment pas de blanc, on opte plutôt pour une version torse nu de la cueillette…). Il faut aussi apprendre à se contenter d’une grosse poignée de cerises pour ne justement pas le dérégler son transit intestinal…

Mais comme le cerisier est un arbre généreux, on en a souvent des tas de poignées… et franchement laisser nos cerises aux corbeaux ou pourrir sur l’arbre, c’est trop dommage ! Alors on les accommode pour en consommer tout l’été mais aussi tout l’hiver.

On prépare des clafoutis aux cerises, des crumbles, des gratins…

Avec ou sans noyaux, c’est toujours bon le clafoutis aux cerises ! Si on n’a pas le temps, on garde les noyaux mais si on veut dénoyauter, on s’équipe d’un dénoyauteur pour aller vite et on ne jette pas les noyaux, non non… On les garde pour la suite 😉 On aime aussi le clafoutis parce que c’est un gâteau vraiment facile à faire et auquel les marmitons aux culottes courtes participent volontiers. On vous confie notre recette « familiale tout terrain » de clafoutis light en fin d’article. 

Après le clafoutis, on varie les plaisirs avec un crumble aux cerises (et pourquoi ne pas y rajouter des amandes ? La cerise aime l’amande…) mais aussi un gratin aux fruits rouges où la cerise tiendra le haut du pavé… On sort enfin des sentiers battus et on utilise les cerises en version salée parce que le canard adore les cerises (le magret de canard poêlé aux cerises est une tuerie !) tout comme le pigeon, la biche ou le foie de veau… Foie de veau, cerises et vinaigre balsamique, c’est une délicieuse association ! 

On accommode les cerises en confiture et en compote

Première façon de conserver les cerises : en faire des compotes ou des confitures ! La différence entre compote et confiture ? C’est le pourcentage de fruits et donc inversement de sucre qui fait la différence. La confiture contient au minimum 45% de fruits contre 85% de fruits dans la compote. La confiture est plus sucrée et se conserve donc plus longtemps ! 

Que ça va sentir bon dans les chaumières ! Le doux parfum sucré des confitures qui mijotent… c’est un trésor d’enfance que l’on s’offre pour l’avenir… On privilégie les  cerises burlats ou les bigarreaux pour les confitures. On respecte les proportions cerises-sucre données juste avant au risque d’avoir une confiture trop liquide… On commence toujours par faire « le petit perlé » (mélange de sucre et d’eau à  raison de 10cl d’eau pour 400g de sucre que l’on dissout à feu doux avant de le cuire à feu vif-110°C) dans lequel on cuit les cerises et le jus d’un citron pendant 10 à 15 mn. Cette confiture réjouit les tartines mais aussi les fromages. Confiture de cerises et fromage de brebis, on dit oui ! 

Pensez à allier pommes et cerises dans vos compotes. Respectez à nouveau les proportions fruits-sucre et faites cuire à feu doux pendant une petite trentaine de minutes. Inutile de rajouter de l’eau : la cerise en regorge déjà 😉

Miam, des cerises au sirop !

un pot de cerises au sirop et de confiture cerise tous deux faits maison, © On adore ça ! Deuxième façon de conserver des cerises : préparer des bocaux de cerises au sirop !  Succès garanti auprès des enfants qui adorent le sirop et qui seront ravis de mettre un peu de couleur dans les pommes et les poires de l’hiver. À manger en guise de dessert ou en accompagnement d’une faisselle . Simple et délicieux ! 

Congeler des cerises, oui c’est possible.

Troisième façon de conserver les cerises pour l’hiver : les congeler. Une seule astuce à garder en tête : les étaler dans un premier temps sur la plaque de votre bac à glaçons pour éviter qu’elles ne collent entre elles ou ne s’écrasent dans un sac congélation. Vous mettez ensuite les cerises congelées dans un sac congélation et hop au congélo le temps qu’il faut ! 

Autre astuce quand on cuisinera par la suite les cerises décongelées : on récolte le jus des cerises qui décongèlent. On le porte à ébullition avec du sucre pour le réduire et en faire un bon sirop d’accompagnement. 

On ne jette pas les noyaux de cerise ! On s’en fait un coussin 🙂 

Connaissez-vous tous les bienfaits que procurent de simples noyaux de cerise ? La liste est longue : allez… en vrac… les noyaux de cerise diminuent le stress, calment les douleurs dentaires, apaisent les maux de ventre, soulagent le mal de dos, réchauffent le lit… Et ça compte, ça, de réchauffer le lit ! Il parait que certaines ont toujours les pieds froids 😉

Alors comment profiter de tous ces bienfaits ?  C’est simple : vous faites chauffer au four environ 1kg de noyaux de cerise et vous versez le tout dans un coussin à noyaux de cerise acheté dans le commerce ou fait maison. Ce miraculeux coussin peut être utilisé chaud comme une bouillotte ou réfrigéré comme compresse froide.

On continue de se relaxer avec des infusions de queues de cerise

Les infusions de queues de cerise sont excellentes pour la santé  : particulièrement recommandées en période de régime et hautement diurétiques, les queues de cerise renforcent les reins et les voies urinaires, elles luttent contre la rétention d’eau, les calculs, les infections urinaires, la cellulite, la cystite, le cholestérol…

Alors ne jetez plus les queues des cerises que vous avez mangées : faites-les plutôt sécher à l’ombre puis mettez-les à infuser (une cuillère à soupe dans un verre d’eau bouillante) de 5 à 10 minutes et désaltérez-vous avec cette bonne infusion détox. Idéal le matin au réveil ou 2 heures après le repas du soir : anti-ballonnement garanti !

On surprend tout le monde avec des fleurs de cerisier cristallisées !

Cristalliser des pétales de fleurs et en décorer ses gâteaux : là clairement on épate la galerie ! Et en plus c’est tout simple à faire… Il faut juste être délicat avec les pétales pour ne pas les abîmer. Pour cristalliser les fleurs de cerisier, il nous faut un blanc d’oeuf battu à la fourchette et donc mousseux, du sucre en poudre et des pétales de fleurs de cerisier. On lave et on égoutte délicatement les pétales, on les passe dans le blanc d’oeuf (une fine pellicule de blanc d’oeuf doit recouvrir la totalité du pétale) puis on étale nos fleurs sur un plateau préalablement recouvert de sucre. On retourne nos pétales dans le sucre et on les fait sécher à 20°C donc à température ambiante. On déguste nos fleurs cristallisées comme des bonbons ; on en agrémente nos brioches ou nos tasses de thé comme au Japon où les fleurs de cerisiers sont cristallisées mais dans le sel…

Le seul hic : il faut être rapide pour ne pas rater la semaine de floraison du cerisier. Une fois que le cerisier a perdu toutes ses fleurs, on se rabat sur les rosiers et les violettes. On pense aussi à cristalliser les feuilles de menthe ou les feuilles de sauge très aromatiques…

Et si on finissait avec un vin de feuilles de cerisier ?

En voilà une bonne idée ! Car cette boisson de saison est excellente à l’apéritif et se conserve longtemps. Certains n’hésitent pas d’ailleurs à la conserver en cave plusieurs années quand d’autres, trop impatients, la dégustent sans attendre !

Le vin de feuilles de cerisier ressemble au Guignolet, cette liqueur d’Anjou à base de cerises que l’on déguste à l’apéritif. Sauf que là, le secret de fabrication est à portée de vos mains : il vous suffit d’un litre de bon vin rouge ou rosé, de 10 cl de kirsch, de 40 feuilles de cerisier cueillies après la fructification et de 40 morceaux de sucre. On mélange vin, sucre et kirsch dans lequel on laisse ensuite macérer nos feuilles pendant 4 à 5 jours. Puis on filtre et on embouteille ! 

Bonne dégustation ! mais toujours avec modération 😉

Sandra T. Dubreuil et Zazaones&Glad
On adore ça !

puce-color-3Pour avoir les bons réflexes anti-gâchis : on consulte le site gouvernemental « Ça suffit le gâchis » qui nous sensibilise à cette question primordiale !

puce-color-1Notre clafoutis sans beurre : je préchauffe mon four à 210°C. Je mélange dans un cul de poule 100g de farine, 60g de sucre, une pincée de sel et un sachet de sucre vanillé. Mes marmitons incorporent un à un les œufs puis le lait petit à petit tout en mélangeant. Parallèlement on range les cerises les unes contre les autres dans notre plat recouvert d’une feuille de papier sulfurisé. On verse la pâte à clafoutis sur les cerises et on enfourne 10 mn à 210°C puis 20 mn à 180°C. Et c’est fini !

puce-color-2Préparer les cerises au sirop : pour 1kg de cerises, on vous conseille de préparer un sirop à base de 500g de sucre cristallisé pour 1 litre d’eau. Faites cuire le sirop pendant 3 minutes puis le verser sur les cerises disposées dans les bocaux préalablement ébouillantés. Maintenir 30 mn à 100°C pour bien stériliser les bocaux et c’est prêt !

puce-color-3Apprendre à cristalliser les fleurs par la vidéo : c’est par ici !